Le sport au bureau : outil de performance !

Pourquoi le développement du sport au travail est-il important ?

Le sport est une question qui ne doit pas être négligée par les entreprises, d’un point de vue légal comme économique.

Les responsabilités de l’employeur

Selon le Code du Travail, l’employeur est tenu de veiller à la santé et au bien-être de ses salariés.

La mise en place d’activités physiques au travail peut être un très bon moyen d’effectuer la prévention santé et de lutter contre de nombreuses pathologies souvent liées au travail comme le stress, les troubles musculo-squelettiques (TMS), la fatigue chronique, etc.

coaching personnalisé

Le sport, un moyen d’améliorer la performance de l’entreprise ?

 

De nombreuses études ont permis de démontrer que la pratique du sport dans le cadre du travail a des répercussions positives sur le bien-être des employés et sur la santé économique de l’entreprise. Elle permet notamment de :

• Limiter le taux d’absentéisme et de turnover : une étude en Angleterre a permis de déterminer que les entreprises engagées dans la promotion et de la pratique sportive connaissent une baisse du taux d’absentéisme de l’ordre de 30 à 40 % Ces entreprises présentent également un taux de turnover en moyenne 25 % moins élevé que les autres ;

• Améliorer l’efficacité des salariés : la pratique du sport contribue au bien-être des salariés et est un vecteur d’efficacité et de motivation ;

• Limiter la durée des arrêts maladie : aux Pays-Bas, les entreprises qui promeuvent la pratique du sport et l’intègrent dans leur quotidien constatent une durée moins importante des arrêts maladie de leurs salariés.

Des initiatives à étudier

Il y a de nombreux exemples d’entreprises qui ont réussi, avec succès, à intégrer la promotion et la pratique de l’activité sportive. Leur cas peut tout à fait servir d’inspiration ou d’exemple aux entreprises qui s’interrogent sur la pratique du sport en entreprise.

Voici des exemples d’initiatives prises par les entreprises :

• L’instauration d’ateliers animés par des professionnels intervenant dans les locaux peut aussi être une option. Des entreprises du secteur de la construction automobile ont par exemple mis en place des séances d’étirements et d’assouplissements pour les salariés effectuant un travail à la chaîne (cela peut aussi être appliqué à des salariés travaillant dans des bureaux) ;

• Intégration d’une salle de sport ou de gym à leur locaux afin d’inciter les salariés à pratiquer une activité physique régulière.

• La mutualisation d’offre sportive entre plusieurs entreprises peut-être intéressante pour les groupements de PME et TPE ;

• Demande de prêt ou de location des infrastructures publiques auprès des collectivités locales ;

Dans tous les cas, quels que soient les choix effectués, la règle la plus importante est d’adapter l’offre en fonction du type d’activité de l’entreprise et du profil des salariés (avec un attention particulière portée aux salariés séniors).

Il est également indispensable d’aménager des temps dédiés pour les activités proposés et de faciliter leur accessibilité. ( utilisation de la pause repas par exemple...)

À noter : Le CAS préconise l’intégration de modules sur l’amélioration de la santé et du bien-être dans les formations sur les ressources humaines afin de faciliter le développement de la culture du sport dans les entreprises.

Note : L’étude du Centre d’Analyse Stratégique sur la question du sport au travail est disponible en ligne : http://www.strategie.gouv.fr/content/sport-sante-des-salaries-NA298