L'inactivité : Facteur principal de la mauvaise santé

Un quart des adultes, principalement les femmes, trop inactifs pour être en bonne santé

Dans le monde, 27,5% des adultes sont trop inactifs pour être en bonne santé, d'après une nouvelle étude.

Un phénomène qui touche plus fortement les femmes et les pays les plus riches....

VOLONTE

Dans le monde, 27,5% de la population adulte ne fait pas assez d'activité physique pour rester en bonne santé. C'est ce qu'indique une étude réalisée par des chercheurs de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Les femmes sont les plus concernées, avec environ 32% d'entre elles ne font pas assez d'activité physique, contre 24% des hommes. Au total l'inactivité physique concerne plus d'1,4 milliard d'adultes dans le monde, ce qui les expose davantage aux risques de maladies cardiovasculaires, au diabète, à la démence et à certains cancers, selon une étude portant sur l'année 2016 et publiée mercredi 5 septembre 2018 dans la revue The Lancet Global Health.

Au moins 1h15 à 2h30 d'activité physique par semaine sont recommandées

"Les bienfaits de l'activité physique sur la santé sont bien connus et comprennent un risque moindre de maladies cardiovasculaires, d'hypertension, de diabète et de cancer du sein et du côlon. De plus, l'activité physique a des effets positifs sur la santé mentale, retarde l'apparition de la démence et peut aider à maintenir un poids sain", expliquent les scientifiques dans l'étude. Ainsi, l'OMS recommande aux adultes de faire au moins 75 minutes (1h15) d'activité d'intensité vigoureuse - courir, sports collectifs comme le football - ou 150 minutes (2h30) d'activité physique modérée - marche rapide, nager, jardiner, faire du vélo, etc. - par semaine. En dessous de ces niveaux, l'activité physique est qualifiée d'insuffisante. L'OMS a donc lancé un plan d'action mondial pour réduire l'inactivité physique d'environ 10% d'ici 2025 et de 15% d'ici 2030. Mais pour en mesurer les effets, "les données cohérentes sur les tendances de l'activité physique chez les adultes sont encore rares", expliquent les auteurs dans la publication. Cette étude est donc la première visant à estimer les tendances mondiales en matière d'activité physique, souligne la revue. L'étude prend en compte les niveaux d'activité auto-déclarés (au travail, à la maison, lors des déplacements et pendant les loisirs) d'adultes (18 ans et plus) à partir de 358 enquêtes auprès de la population de 168 pays, englobant 1,9 million d'individus. Ainsi plus d'un quart (1,4 milliard) de la population adulte mondiale avait une activité physique insuffisante en 2016.

Les femmes sont les plus touchées, sur tous les continents

Dans toutes les régions du monde, à l'exception de l'Asie de l'Est et du Sud-Est, les femmes sont moins actives que les hommes. En 2016, la différence est de dix points ou plus en Asie du Sud (43% de femmes ayant une activité physique insuffisante contre 24% chez les hommes) et en Asie centrale, Moyen-Orient et Afrique du Nord (40% contre 26%) ainsi que dans les pays occidentaux à revenu élevé (42% contre 31%). Parmi les exemples : l'Inde (44% contre 25%), l'Afrique du Sud (47% contre 29%), la Turquie (39% contre 22%), les États-Unis (48% contre 32%) et le Royaume-Uni (40% contre 32%). Pour les auteurs, ce décalage entre les sexes est dû à une différence de "participation des hommes et des femmes dans différents domaines d'activité (activité au travail ou au foyer, transport et loisirs) et à différentes intensités (modérée et vigoureuse)". "Ce qu'il faut, ce sont des interventions progressives (…), pour créer des opportunités d'activité physique sûres et culturellement acceptables permettant aux femmes de participer à des activités physiques" explique le Dr Ding, qui a participé à l'étude, dans un commentaire paru dans la revue.

FRANCE : 29.3% de la population est insuffisamment active, ce qui concerne 24.3% des hommes et 34% des femmes.

Les pays à revenus élevés plus touchés

En 2016, les niveaux d'activité insuffisante chez les adultes étaient considérablement plus faible dans les pays à faible revenu (16%) par rapport à ceux à revenu élevé (37%) – dont la France, cependant en dessous de la moyenne avec 29,3% de la population insuffisamment active. "Dans les pays plus riches, la transition vers des professions plus sédentaires et le transport motorisé personnel explique probablement les niveaux d'inactivité plus élevés", expliquent les auteurs. "Inversement, dans les pays à faible revenu, les activités sont plus nombreuses au travail et dans les transports ; Cependant, ces comportements changent rapidement", concluent-ils.  En effet, "le développement économique et l'urbanisation entraînent (…) une prévalence croissante de l'inactivité physique et du fardeau consécutif des maladies chroniques, comme en Chine et au Brésil", d'après le Dr Ding. "Bien que les pays à revenu élevé présentent une prévalence plus élevée d'activité physique insuffisante, les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire supportent encore la plus grande partie de la charge mondiale de l'inactivité physique", tempère-t-elle cependant.

"Peu de progrès" entre 2001 et 2016

Les auteurs relèvent le "peu de progrès" observés entre 2001 et 2016 dans l'amélioration des niveaux d'activité physique. "Contrairement à d'autres risques majeurs pour la santé mondiale, les niveaux d'activité physique insuffisante ne diminuent pas dans le monde, et plus du quart des adultes n'atteignent pas les niveaux d'activité physique recommandés pour être en bonne santé", prévient la principale auteure de l'étude, la Dr Regina Guthold de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS). Résultat, selon les auteurs de la publication, "les niveaux d'activité physique insuffisante sont particulièrement élevés et continuent d'augmenter dans les pays à revenu élevé". Les scientifiques concluent finalement à des progrès "trop lents" et "pas en bonne voie" pour réduire l'inactivité physique de 10% d'ici 2025.

*Source OMS / AFP / SCIENCES & AVENIR

×